Les adolescents

 

 

La prise en charge des adolescents est une de mes spécialités. J'ai en effet réalisé une thèse de Doctorat sur les problématiques adolescentes et j'ai une longue expérience clinique dans le suivi psychothérapeutique des adolescents, en institution et en libéral.

 

 

 

Qu'est-ce que l'adolescence ?

 

L'adolescence commence avec la puberté. Lorsque celle-ci survient, l'enfant cesse d'être un enfant pour devenir un jeune adolescent assailli par des ressentis inconnus, nouveaux, surprenants. Il entre dans la génitalité, la sexualité génitale. Sans cesse, ce qu'il ressent évolue, change. Il aime cette nouveauté, mais elle le surprend, l'inquiète, l'angoisse parfois. Le changement pubertaire est affaire d'éprouvés, de ressentis qui semblent étrangers parce que nouveaux. "Faire son adolescence", c'est parvenir à les intégrer, à construire son identité, à devenir une personne, un sujet. L'adolescent doit entrer dans la construction nouvelle d'une identité, la sienne, qui s'étayera sur la nouveauté et tiendra compte de son passé, de son histoire, de son enfance. Faire son adolescence, c'est aussi réaménager les liens affectifs que l'on avait avec ses parents et entamer un processus d'autonomisation. Cette subjectivation et cette autonomisation constituent le travail de l'adolescence et nombreux sont les adolescents qui les mènent avec brio. D'autres ont plus de difficultés et de souffrances; d'autres encore évitent la question pour devenir le plus vite possible des adultes conformes.

 

De l'échec scolaire aux tentatives de suicide, en passant par la consommation de drogues et l'anorexie-boulimie, les avatars cliniques de la psychopathologie de l'adolescent sont extrêmement divers et témoignent des difficultés plus ou moins importantes que l'adolescent rencontre dans son processus d'autonomisation et de création subjectale. 

 

 

Quels sont les troubles les plus souvent rencontrés ? Quels sont les signaux d'alerte ? 

 

- les angoisses liées à la scolarité

- les résultats scolaires en baisse ; l'échec scolaire

- les phobies scolaires

- l'angoisse, les crises d'angoisse, le stress, l'anxiété

- les comportements agressifs : impulsivité, violence, conflits,...

- les troubles des conduites alimentaires : anorexie, boulimie,...

- les difficultés de communication

- le repli sur soi, l'isolement

- la tristesse, les pleurs fréquents

- la morosité, le mal être

- les idées suicidaires, les tentatives de suicides

- les conduites à risque

- les fugues

- les questionnements autour de l'orientation sexuelle

- les comportements transgressifs

- la consommation régulière de drogues, d'alcool,...

 

 

L'adolescent et le psychothérapeute.

 

Lorsque le processus d'adolescence est en panne, le psychologue pour adolescents à Paris 16 peut être un interlocuteur privilégié. 

L'adolescent peut en effet avoir besoin de parler à une personne neutre et extérieure, qui connaît bien les problèmes rencontrés à l'adolescence.

Le statut du psychothérapeute d'adolescent est spécifique et paradoxal. Le psy représente pour l'adolescent une figure parentale munie du pouvoir de l'adulte expérimenté. Or, dans le même temps, c'est aussi une personne extérieure, neutre, capable d'attacher une importance à la créativité.

C'est par l'importance qu'il donne à la création de l'adolescent et donc à sa subjectivité, que le psychothérapeute pourra permettre à l'adolescent de trouver des réponses à ses interrogations lancinantes : "qui suis-je ?", "qu'est-ce que je veux ?".

 

 

Ce que je propose :

 

Lors de la première séance, l'adolescent est généralement reçu avec ses parents. Puis, avec l'accord de ses derniers, je le reçois seul. Le cadre des rencontres est déterminé en fonction des besoins, des possibilités et de la demande de l'adolescent.

 

Il peut s'agir :

 

- d'un travail thérapeutique régulier et engagé : l'objectif ici n'est pas de transformer l'adolescent en adulte, mais de l'accompagner jusqu'au moment où il pourra reprendre la vie d'un jeune de son âge avec le minimum possible d'obstacles à ses potentialités.
 

- d'un accompagnement ponctuel sur une ou plusieurs séances ouvrant à l'adolescent des perspectives ou des solutions qu'il n'avait pas imaginées jusqu'alors.

 

Les consultations se déroulent en face à face pour encourager l'adolescent à se sentir plus à l'aise et en confiance.

Le temps et le déroulement des séances sont adaptés aux possibilités des adolescents.

Le jeune a la garantie de la confidentialité du contenu des séances proposées.

 

Des rencontres avec les parents (en présence de l'adolescent et dans le respect de la confidentialité des entretiens que nous aurons pu avoir tous deux) auront lieu afin de faire le point sur l'avancement du suivi et répondre aux interrogations.

 

Nous travaillons ensemble "psychologue-adolescent-parents" à établir une relation de confiance et de qualité afin d'aider au mieux l'adolescent à surmonter ses difficultés et à trouver son propre chemin.

 

 

 

Comment conduire un adolescent chez un psy ?

 

Expliquez à votre adolescent qu'un psychologue est une personne neutre en mesure de lui apporter de l'aide et un certain éclairage sur ses problèmes, et ce, dans le respect du secret professionnel. Faites lui comprendre que le psychologue à Paris 16 pourra l'aider à comprendre ce qui lui arrive, à mieux savoir qui il est et ce qu'il veut. Précisez à votre adolescent qu'il peut y aller une fois, pour voir comment cela se passe. Qu'il est essentiel qu'il se sente en confiance, et si ce n'est pas le cas, il est toujours possible de rencontrer un autre psychologue avec lequel il se sentira peut-être mieux.

 

 

L'adolescent, la famille et le psychothérapeute.

 

Lorsque l'enfant devient adolescent, c'est toute la famille qui peut être mise à mal.

 

L'adolescent inquiète, angoisse, provoque, refuse le dialogue.

Le changement qu'il vit, d'abord dans son corps, est tout d'abord difficile à mettre en mots. Il n'arrive pas toujours à nommer ce qu'il ressent de façon si nouvelle et si forte. A la question "qu'est-ce qui se passe ?", il ne peut rien répondre. Il ne sait pas. Quand il a les bons mots, qu'il dispose de représentations, il peut avoir le sentiment que ce sont des choses à ne pas dire, un peu honteuses ou en tout cas indignes de l'image si pure que ses parents merveilleux se faisaient de lui enfant. Il ne peut en parler, il se tait. Il pourra estimer également qu'il est préférable de ne pas parler pour continuer à vivre ce qu'il découvre. Il pourra choisir aussi de dialoguer ailleurs, avec ses amis, son confident,...

Pour toutes ces raisons, lorsque l'adolescence survient, le dialogue familial devient très difficile à maintenir.

Comment l'adolescent avide de découvertes et le parent inquiet de protéger son enfant dans cette période à risque, peuvent-ils dialoguer ? Comment l'adolescent provocateur par nature et le parent énervé par cette provocation peuvent-ils échanger ? Comment l'adolescent rétif au pouvoir et le parent soucieux d'asseoir son autorité peuvent-ils se parler ?

 

Tout le mode relationnel que l'on connaissait avec son enfant s'effondre lorsque celui-ci entre dans l'adolescence. Tout est remis en question et c'est toute la famille qui est appelée à changer. Mais ce changement ne va pas de soi, d'autant que le processus d'adolescence précipite les parents dans une régression vers leur propre adolescence et remet en circulation les conflits qui n'avaient pu être dépassés à cette époque. Cette régression, douloureuse réplique de la période fusionnelle avec l'enfant, a tendance à activer l'indifférenciation entre parents et adolescent, gênant alors celui-ci dans son processus de séparation et d'autonomisation.

 

Le psychothérapeute psychologue à Paris 16 pourra être une aide précieuse pour la famille lorsque les conflits familiaux deviennent très importants ou qu'ils se christallisent sur un problème unique (les résultats scolaires, le cannabis, les fréquentations,...). Il s'agira alors d'éviter que cette crise ne s'installe et d'aider les membres du groupe à trouver les moyens de sortir de l'ornière en s'appuyant sur les aptitudes et les capacités des uns et des autres.

Lorsque l'organisation familiale ne fonctionne plus, lorsqu'un adolescent développe un symptôme pour mobiliser la famille autour de lui et la refermer sur elle-même, le recours au psychothérapeute s'impose pour que la famille ne soit plus une prison mais redevienne un tremplin vers le monde et la vie.

 

De manière plus générale, les entretiens familiaux peuvent permettre de résoudre une difficulté surtout quand c'est un des deux parents ou le couple parental qui exprime des craintes pour son adolescent, qui peut quant à lui être réfractaire à rencontrer un psychologue à Paris 16.

© 2023 by CONSULTING SOLUTIONS. Proudly created with Wix.com

  • Wix Google+ page
  • Twitter Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • c-facebook
  • Twitter Classic
  • Google Classic

Stéphanie Frémont - Psychologue Paris 16 - tél : 06 61 12 37 47